1er tour : quels résultats dans les 35 villes du transport gratuit ?

Article publié le vendredi 27 mars 2020

Bien que les élections municipales de mars 2020 n’aient pas partout pu être menées à leur terme, de nombreuses villes ont vu l’élection d’une liste dès le premier tour de scrutin. Qu’en est-il pour les 35 villes dans lesquelles les transports en commun sont gratuits ? Les maires partisans de la gratuité ont-ils été réélu ? Le seront-ils ?

Parmi les 35 villes du transport totalement gratuit en France, 23 n’ont eu besoin que d’un tour pour désigner, avec un vote à la majorité absolue, leur future équipe municipale. Sur ces 23 communes, 14 ne connaissent pas d’alternance politique : à Compiègne, Chantilly, Senlis, Châteauroux, Vitré, Issoudun, Gap, Carhaix-Plouguer, Neuves-Maisons, Joigny, Niort, Dinan, Dunkerque et Calais, la gratuité totale des transports en commun ne sera pas remise en cause.

Les 9 communes restantes connaissent un glissement politique tout en restant du même côté de l’échiquier politique : Levallois, Puteaux, Pont-Sainte-Maxence, Castres et Aubagne abandonnent l’étiquette LR pour la mention DVD ; Figeac, Libourne, Nyons et Cahors passent de PS à DVG. Parfois sans changement de tête de liste… Là encore, la remise en cause de la gratuité totale des transports parait peu probable dans ces 9 villes.

10 villes du transport gratuit pourraient basculer

Sur les 35 villes du transport gratuit, 12 villes devront passer par la case 2nd tour. Au vu des résultats du 1ertour, il parait possible que 10 d’entre changent de bord politique. Ainsi, Châteaudun pourrait passer d’une mairie LR à une mairie DVG ou Villeneuve-sur-Lot de PS à DVD. Toutefois, des triangulaires à l’issue incertaine auront lieu. Ce sera le cas à Mayenne, Bernay et Dinard.

Pour rappel, avant ces municipales de 2020, 42,9% des villes du transport gratuit se situaient à droite ; 37,1% à gauche, 20% au centre. Cette répartition sur l’échiquier politique s’est maintenue à l’issue du 1er tour.